COMPOSTELLE de Anne Sylvestre (Chanson tirée du disque "Les chemins du vent")
produit par EPM (réf : 301 671 5)
Pour télécharger les paroles, cliquer ICI
Patientez un instant pour entendre la chanson d'Anne Sylvestre

Qu'est-ce qui te pousse
Quelle est la secousse
Qui a décidé pour toi de ce chemin
La source vive
Celle qui te motive
A-t-elle jailli d'un seul coup sous ta main
Pour que ta quête
Un jour te projette
Tout seul sac au dos en humble pèlerin
Pour que ton rêve
Aujourd'hui soulève
Autant de poussière en mon pauvre jardin

La route est longue jusqu'à Compostelle
Pour qu'on s'y atèle
Faut avoir du coeur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

Bien que je sache
Que rien ne m'attache
(Et) que je pourrais suivre aussi la même voie
C'est dans ma tête
Que toujours secrète
Se trace une route où je m'en vais parfois
La marche lente
S'étire et serpente
Je tangue et chemine le long des coteaux
Mais mon voyage
N'est fait que de mirages
O toi pèlerin prête-moi ton manteau

La route est longue jusqu'à Compostelle
Pour qu'on s'y atèle
Faut avoir du coeur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

S'il est d'usage
Comme au Moyen-âge
D'envoyer quelqu'un à sa place marcher
Dans tes prières
Sois mon mandataire
De mon catéchisme j'ai tout oublié
Les paysages
Seront mes bagages
Que tu garderas au fond de tes yeux clairs
Sous quelques toiles
A la belle étoile
Tu feras ton lit dans la douceur de l'air
La route est longue jusqu'à Compostelle

Pour qu'on s'y atèle
Faut avoir du coeur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

Sur cette route
Tu feras sans doute
De belles rencontres on te tendra la main
Et dans les gîtes
(Où) parfois on s'abrite
Tu ne seras qu'un parmi d'autres humains
D'un pas tranquille
Villages et villes
Défileront comme grains de chapelet
Si tu trébuches
Ne crains pas les bûches
Cette marche est bien celle que tu voulais

La route est longue jusqu'à Compostelle
Pour qu'on s'y atèle
Faut avoir du coeur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur

Quand la dernière
Des pluies printanières
Aura baptisé ton voyage fervent
Et quand plus vite
Tes pieds qui méditent
T'auront emmené encor plus loin devant
Va faire escale
(Au) près des cathédrales
N'oublie pas surtout de bien les saluer
Pour moi qui reste
Sans faire un seul geste
Et qui ne suis qu'une nomade arrêtée

La route est longue jusqu'à Compostelle
Pour qu'on s'y atèle
Faut avoir du coeur
Le temps n'est plus de faire mes bagages
Le pèlerinage
Me fait toujours peur